A quelques mois des examens et des concours, les révisions battent leur plein. Les parents peuvent parfois apporter un soutien à leur enfant, mais leur rôle consiste surtout à fournir des conditions optimales en veillant à une bonne hygiène de vie. Cette aide doit être adaptée à l’âge de l’enfant et à la nature de l’examen préparé.

Le brevet des collèges

Pour ce premier examen, le rôle des parents consiste à déstresser l’enfant en lui permettant d’avoir confiance en lui, grâce au travail de révision qui aura été effectué avant les épreuves. « On ne commence pas les révisions quinze jours ou trois semaines avant l’examen, explique Corinne Gommard, professeure d’histoire-géographie. Les parents peuvent profiter des vacances de printemps et des week-ends pour demander à leur enfant de faire une à deux heures de révision par jour ».

En dehors des révisions, le sport ne doit pas être négligé. Même si votre enfant a peu de temps disponible, un peu d’activité physique lui permettra d’être beaucoup plus productif dans son travail de mémorisation. Enfin, la veille de l’examen, les révisions sont inutiles. Anne a emmené sa fille au cinéma : « Léa avait très bien révisé, j’ai préféré qu’elle consacre ce jour à la détente ».

Le baccalauréat

Pour Cécile Bernard, professeure agrégée d’économie-gestion, « l’assiduité aux cours représente l’essentiel : 60 à 70 % du travail ».
Elle encourage néanmoins ses élèves à commencer les révisions dès le début de l’année, à l’aide de « fiches contenant le plan ainsi que les mots ou phrases clés du cours, à apprendre avant chaque contrôle ». Plus on s’y prend tard et plus le temps consacré aux révisions est important.

Les parents peuvent rencontrer les professeurs pour mettre au point un planning de révision sur le dernier trimestre et en discuter avec l’intéressé. Il est également fortement conseillé de se procurer les annales du bac. « Elles permettent d’avoir une vision d’ensemble de l’épreuve. Les corrigés donnent des exemples de ce qui est attendu », indique C. Bernard.

BTS, prépas, université…

Dans les examens post-bac, le rôle des parents sera essentiellement de prendre en charge la logistique. Clémence a fait une prépa d’un an au concours d’entrée en école de kinésithérapie. « Mes parents s’occupaient du linge, des repas, je n’avais juste qu’à me concentrer sur mon travail », raconte-t-elle. La jeune fille a été récompensée de ses efforts : elle a passé huit concours d’entrée et a été admise dans quatre écoles.

« Un examen doit être un projet familial et les parents doivent être les garants d’une bonne hygiène de vie », explique C. Bernard, qui enseigne également à des élèves de BTS. Ils devront aussi faire en sorte, par exemple, que le petit frère ne perturbe pas les révisions du grand ! d’après Frédéric Constans

Les astuces CCMO Mutuelle pour la dernière ligne droite

Quelques jours avant :

  • Vérifier que l’enfant a bien sa convocation et sa pièce d’identité ;
  • Vérifier son matériel : trousse complète, calculette et dictionnaire (brevet des collèges).

La veille :

  • Veiller à ce que l’enfant ne se couche pas trop tard ;
    préparer deux réveils, pour être sûr de ne pas rater l’heure du lever.

Le jour J :

  • Réveiller l’enfant assez tôt pour qu’il ait le temps d’« émerger » ;
  • Lui servir un petit déjeuner plutôt copieux ;
  • Partir en avance afin d’éviter tout retard ;
  • Placer une bouteille d’eau dans son sac (boire favorise la concentration) ;
  • Eteindre le téléphone portable avant d’entrer dans la salle d’examen.
Partager :Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page