L’hypertension artérielle (HTA) est liée à une pression anormalement élevée du sang dans les vaisseaux sanguins. C’est la maladie chronique la plus fréquente en France. Lorsqu’elle n’est pas contrôlée, la HTA constitue l’une des principales causes de complications cardiovasculaires, cérébrovasculaires ou neurodégénératives.  Elle reste cependant insuffisamment détectée.

L’étude FLAHS (French League Against Hypertension Survey) réalisée en France métropolitaine par Kantar Health en 2017 révèle que :

  • plus de 10 millions de français sont hypertendus (35,5% des hommes et 25% des femmes),
  • une personne hypertendue sur deux ignore qu’elle est malade,
  • seulement 28% des personnes diagnostiquées suivent un traitement antihypertenseur.

L’âge : premier facteur de risque

Dans la majorité des cas, l’hypertension artérielle est dite « essentielle », c’est-à-dire qu’aucune cause connue n’explique sa survenue. Elle est cependant favorisée par des facteurs de risque comme l’âge ou le mode de vie : surpoids, sédentarité, excès de sel, tabac, alcool…

Source : Inserm

Une maladie silencieuse

La rareté des symptômes liés à la HTA entraîne généralement des diagnostics tardifs et établis de façon fortuite. Certains troubles peuvent cependant mettre la puce à l’oreille : maux de tête réguliers, vertiges, malaises, troubles de la vue, palpitations cardiaques, suées, saignements de nez…

Si elle n’est pas traitée, l’hypertension peut entraîner de graves complications cardiovasculaires, cérébrovasculaires, neurodégénératives (infarctus du myocarde, AVC, maladie d’Alzheimer…) ou au niveau de certains organes ciblés (reins, rétine…).

La prise en charge

Une fois le diagnostic posé, la première prise en charge consistera en la réduction des facteurs de risque modifiables : perte de poids, pratique d’une activité physique adaptée, réduction de la consommation de tabac, d’alcool, de sel, meilleure alimentation…

Si toutefois elle persiste, l’hypertension sera traitée avec des médicaments antihypertenseurs. Un traitement adapté sera défini en fonction du profil du patient et de ses antécédents médicaux par l’équipe médicale. Un suivi régulier sera mis en place pour contrôler l’efficacité et ajuster le traitement en fonction de l’évolution de la maladie.

Pour en savoir plus :

Partager :Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page