La plateforme gouvernementale cybermalveillance.gouv.fr a pour missions d’aider les victimes de cybermalveillance, de les informer sur les menaces numériques et de leur donner les moyens de se défendre. En 2019, elle a comptabilisé plus de 90 000 victimes d’actes de cybermalveillance, soit une augmentation de plus de 210% en un an.

Avec l’accroissement de l’usage numérique lié aux mesures de confinement,  les cybercriminels cherchent à tirer profit de la précipitation et de la baisse de vigilance des internautes pour les abuser. Il est donc primordial de redoubler d’attention pour ne pas tomber dans leurs pièges.

Quelques règles essentielles permettent de se prémunir des cybercriminels

Mettre à jour ses logiciels : les nouvelles versions contiennent des correctifs de sécurité permettant aux pirates de ne pas infiltrer les logiciels.

Sauvegarder ses données sur une clefs USB, un disque externe ou une plateforme de stockage en ligne (aussi appelée cloud).

Choisir des mots de passe forts pour les différents comptes créés sur internet comme l’adresse e-mail, le compte en banque, les sites administratifs. Utiliser des minuscules, des majuscules, des chiffres et des caractères spéciaux.

Cybercriminalité et fracture numérique

Les cyberattaques touchent tout le monde, mais il est vrai que les personnes qui ne maîtrisent pas bien Internet sont plus à même de se laisser surprendre (voir l’article Illectronisme, comment réduire la fracture numérique ?).

Vous avez été la cible d’une cybermalveillance ?

Un outil de diagnostic facile et rapide est mis à votre disposition sur la plateforme cybermalveillance.gouv.fr : vous serez guidé dans la description de votre problème et, après analyse, des solutions vous serons proposées. (cliquez ici)

Partager :Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page